Where PhDs and companies meet
Menu
Login

Already registered?

New user?

Chercheur postdoctoral en biologie pour étudier les effets du monoxyde de carbone (CO) produit par plasma sur des plaies

ABG-120614 Job Any
2024-02-26 Fixed-term 18 Month > €35,000 and < €45,000 annual gross
Logo de
Université d'Orléans
- Ile-de-France - France
Biology
  • Physics
  • Health, human and veterinary medicine
Plasma medicine, inflammation, monoxyde de carbone, cellule, nouvelle thérapie, plaie, peau
2024-03-30
Research and Development

Employer

Le poste sera financé par l'Université d'Orléans, mais le travail s'effecturera à l'INSERM à Créteil en région parisienne. 

Position and assignments

Au début des années 2000, de nouveaux types de réacteurs plasmas (ici nous parlons du plasma physique et non sanguin) ont été développés et ont permis de générer un plasma avec une température proche de la température ambiante, permettant ainsi aux plasmas d’interagir avec un tissu biologique sans risque de le brûler (cf photo ci-dessous). Ceci eut pour conséquence d’ouvrir le champ d’applications des plasmas à la biologie, notamment en médecine, donnant alors naissance à un nouveau domaine de recherche : Plasma Medicine [1].
 

Les plasmas ont rapidement connu un franc succès dû à leur capacité à générer diverses espèces réactives tout en produisant un champ électrique, des espèces chargées et des UV. La combinaison de ces différents composants permit d’induire des effets synergiques intéressants, comme par exemple des effets anti-tumoraux, stérilisateurs et cicatrisants. Rapidement, les plasmas furent étudiés pour d’éventuelles applications dans différents domaines de la médecine, comme la cancérologie et la dermatologie [1].

 

A l’heure actuelle, une grande partie de la communauté se focalise sur l’étude de la chimie générée par ces plasmas afin d’expliquer leurs différents effets positifs. Ces espèces sont principalement les espèces réactives de l’oxygène et de l’azote, qui sont issues de l’interaction du plasma et de l’air environnant. Mais étonnamment, le monoxyde de carbone (CO), qui peut être produit aisément par la dissociation du CO2 ambiant par plasma a complétement été omis [2]. Pourtant il est connu depuis longtemps que cette molécule est naturellement présente dans l’organisme et qu’elle joue un rôle clef contre le stress [3]. C’est une molécule de signalisation, qui permet entre autres de diminuer l’inflammation et de réguler la dilatation des vaisseaux sanguins.

 

L’objectif de ce travail postdoctoral sera d’étudier l’impact du CO produit par plasma sur le traitement des plaies. Il se résume en deux volets (le premier volet est le plus important. Le second est optionnel et dépendra du candidat) :

  1. Etude in vitro : détermination des conditions de viabilité des cellules face au traitement plasma (viabilité/toxicité), mesure de l’accumulation du CO au sein des cellules, évaluation de la vitesse de pousse des cellules et évaluation du pouvoir phagocytaire des cellules macrophage.
  2. (Optionnel) Etude in vivo : étude de la cicatrisation de plaie sur des souris C57BL/6, tolérance du traitement, mesure de la température de la peau, pouls, et poids, histopathologie, analyse des marqueurs inflammatoires, détermination de l’angiogenèse.

Ce travail collaboratif se fera entre deux laboratoires de recherche : le GREMI à Orléans et l’INSERM à Créteil (Université Paris Est). Le GREMI est un laboratoire spécialisé dans l’étude de réacteurs plasmas dans le domaine biomédical, qui est composé principalement de physiciens et chimistes. L’équipe 12 de l’INSERM est spécialiste de la biochimie du CO et est composée de biologistes.

 

[1]        E. Carbone and C. Douat, Plasma Med., vol. 8, no. 1, pp. 93–120, 2018.

[2]       C. Douat, P. Escot Bocanegra, S. Dozias, É. Robert, and R. Motterlini, Plasma Process. Polym., vol. 18, no. 9, p. 2100069, Sep. 2021.

[3]       R. Motterlini and L. E. Otterbein, Nat. Rev. Drug Discov., vol. 9, no. 9, pp. 728–743, Sep. 2010.

Geographic mobility:

National

Telework

Full time

Starting date

2024-09-02

Profile

  • Compétence nécessaire : Doctorat en biologie
  • Compétences nécessaires : Maitrise des techniques de biologie moléculaires (Western Blotting, Real Time PCR, ELISA, isolation et purification d’ADN, ARN, protéines)
  • Compétences nécessaires : Maitrise des modèles cellulaires (culture de cellules endothéliales, fibroblastes, kératinocytes, macrophages primaires murines et humaines), microscopie de fluorescence, cytométrie en flux ;
  • Compétences fortement appréciées (mais non obligatoire) : Modèles animaux de maladie (cicatrisation de la peau, diabète);
  • Compétence fortement appréciée (mais non obligatoire) : Maitrise des techniques de biologie vasculaire, dermatologie et des mesures des markeurs d’inflammation et immunitaires (ELISA tests, spectrophotométrie).
  • Compétence optionnelle : Manipulation de réacteur plasma appliqué au biomédical.
Partager via
Apply
Close

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?