Where PhDs and companies meet
Menu
Login

Already registered?

New user?

Chercheur en écotoxicologie du phytoplancton marin (H/F)

ABG-87458 Job Any
2019-09-18 Permanent Salaire à négocier
Ifremer
Nantes - Pays de la Loire - France
Ecology, environment
phytoplancton, mer, ecotoxicologie
2019-10-02
Research and Development

Employer

L’Institut

Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, l’Ifremer, a pour mission de contribuer à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et littoral et au développement durable des activités maritimes. L’Ifremer est source de connaissance, d’innovation, de données de surveillance et d’expertise pour le monde de la mer, à la fois en matière de politique publique et d’activité socio-économique. Il est la seule structure de ce type en Europe.

Fondé en 1984, l'Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle conjointe du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

L'Institut est structuré en quatre composantes principales :

  • une composante scientifique et technologique organisée en quatre départements ;
  • l’appui à la recherche organisé en cinq directions fonctionnelles (ressources humaines, affaires juridiques et financières, innovation, communication, affaires internationales et européennes) et en une agence comptable ;
  • une composante territoriale organisée en cinq centres (Bretagne, Méditerranée, Mer Manche du Nord, Atlantique, Pacifique) ;
  • la direction de la flotte océanographique française en charge de cette très grande infrastructure de recherche.

Aujourd’hui, l’Institut compte environ 1 500 collaborateurs.

Position and assignments

Le Laboratoire d'Écotoxicologie (LEX) a pour objectif d’étudier les effets biologiques de contaminants chimiques historiques et émergents sur les organismes marins et leurs conséquences à court et long terme au niveau des populations voire des communautés (cas du phytoplancton marin). Alors que plusieurs équipes s’intéressent au niveau national et international aux impacts de la contamination chimique sur les organismes photosynthétiques en milieu dulçaquicole, le LEX reste un pionnier dans l’étude de ces effets sur le phytoplancton en milieu marin. Le LEX a acquis ces dernières années un socle de connaissances dans le cadre de projets s’intéressant aux phénomènes de résistance à la contamination chimique, aux effets de mélanges ainsi qu’aux interactions avec certaines composantes environnementales. Le LEX souhaite aujourd’hui renforcer ses compétences dans le but d’aborder les effets de la contamination chimique au niveau des communautés naturelles de phytoplancton (et des organismes microbiens associés), tout en y intégrant des facteurs de variation impliqués dans le changement global. Cette thématique de recherche complétera l’expertise de l’unité BE pour répondre aux questions d’appui aux puissances publiques, par exemple en soutien aux initiatives inter-descripteurs de la DCSMM D8- Contaminants et Effets avec le D1-Habitats Pélagiques sur le lien entre la contamination chimique et les changements dans l’abondance, la biomasse, la diversité taxonomique et les rapports entre groupes fonctionnels du plancton.

Le/ la canditat(e) à ce poste de chercheur en écotoxicologie du phytoplancton marin sera placé(e) sous la responsabilité du chef du Laboratoire d’Écotoxicologie, rattaché à l’unité BE et au Centre Ifremer Atlantique à Nantes.

Il/Elle participera, en concertation avec les chercheurs du laboratoire, aux travaux de recherche visant à étudier les effets des contaminants chimiques sur les communautés phytoplanctoniques (naturelles ou reproduites en laboratoire) et les éventuels organismes microbiens associés (boucle microbienne associée aux communautés naturelles ou bactéries symbiotiques) de manière à intégrer les interactions microbiennes dans les réponses à la contamination chimique. L’influence de certaines variables environnementales susceptibles d’évoluer avec le changement global et de modifier la réponse à la contamination chimique sera également un enjeu fort à considérer, en se focalisant sur l’environnement côtier sous pression anthropique.

 Ces travaux s’inscriront dans trois des axes de recherche du LEX : (i) Identification de mécanismes d’action toxique ; (ii) Étude des mécanismes d’adaptation au stress chimique ; (iii) Étude du transfert trophique des polluants chimiques et des effets toxiques associés. Ces axes de recherche participent pleinement au projet de recherche de l’unité BE, tout particulièrement pour ce qui concerne le transfert trophique des contaminants chimiques. Ces travaux de recherche seront abordés de manière intégrée avec le Laboratoire de Biogéochimie des Contaminants Métalliques (LBCM) et le Laboratoire de Biogéochimie des Contaminants Organiques (LBCO) de l’unité BE.

Missions principales

Finalités de la fonction

Il/elle développera des approches nouvelles (expérimentales et analytiques) permettant d’évaluer les effets induits par l’exposition à la contamination chimique sur la structure et la fonctionnalité des différentes composantes des communautés phytoplanctoniques (et des organismes microbiens associés).

Il/elle contribuera à des actions de recherche intégrées dans le projet d’unité BE, visant à améliorer la compréhension des processus en jeu quant au rôle du phyto-plancton dans le transfert trophique des contaminants chimiques vers les niveaux trophiques supérieurs.

Il/elle apportera son expertise sur la pression-impact des contaminants chimiques pour répondre aux enjeux du projet d’institut « Biodiversité et écosystèmes » et  « Evolution des organismes dans le cadre du changement global ».



Activités principales
 

Il/elle propose et intègre des projets de recherche dans les thématiques prioritaires définies au sein du LEX et intégrées au projet d’unité BE.

Il/elle développe de nouveaux partenariats régionaux, nationaux et internationaux pour accéder à des plateformes expérimentales côtières.

Il/elle acquiert/développe de nouveaux outils analytiques pour répondre aux besoins d’identification des effets écotoxicologiques au niveau fonctionnel et structurel sur les communautés.

Il/elle valorise ses résultats de recherche et exploite l’expertise acquise pour les actions d’appui aux politiques publiques.

Champs relationnel

En interne : chercheurs du LEX et de l’unité BE, laboratoire PBA, DYNECO, …

En externe : LabEx COTE, GDR EA et Réseau International EcotoxicoMic, collaboration dans le cadre du Plan Ecophyto, du plan micropolluants, de la DCE, de la DCSMM, d’OSPAR, du réseau NORMAN

Geographic mobility:

International

Profile

Compétences techniques / métiers

Savoirs, savoirs faire

Maîtrise des concepts de base en écotoxicologie

Manipulation de microorganismes photosynthétiques aquatiques (cultures, communautés)

Conception/mise en œuvre d’outils expérimentaux de type microcosmes/mésocosmes in situ et en laboratoire

Maîtrise de techniques analytiques permettant d’aborder la structure des communautés (microscopie, cytométrie en flux, metabarcoding) et leurs fonctions

Maîtrise des outils bioinformatiques nécessaires à l’analyse des données de diversité génétique

Compétences complémentaires en biogéochimie/chimie des contaminants chimiques

Bon niveau d’anglais (rédaction d’articles et présentation orales)

Aptitude au travail en réseau national et international et à la conduite de projet

 Qualités personnelles

Savoir-être

Bonne capacité d’intégration

Travail en équipe

Organisé(e) et rigoureux(se)

Esprit d’initiative

Capacité de leadership

 

 

Profil recherché

Doctorat en océanologie, écotoxicologie, sciences de l’environnement, biologie.

Expérience post-doctorale.

 

Embarquements en mer

 

Partager via
Apply
Close

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

More information?

Get ABG’s monthly newsletters including news, job offers, grants & fellowships and a selection of relevant events…

item1 item1
They trusted us