Où docteurs et entreprises se rencontrent
Menu
Connexion

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Fractionnement du son de blé par cuisson-extrusion

ABG-100749 Stage master 2 / Ingénieur 6 mois Selon barême en vigueur
25/11/2021
CentraleSupélec - LGPM - Chaire de Biotechnologie
Pomacle Grand Est France
  • Génie des procédés
  • Biotechnologie

Établissement recruteur

La Chaire de Biotechnologie de CentraleSupélec, inaugurée en novembre 2010 et hébergée par le Centre Européen de Biotechnologie et de Bioéconomie (CEBB), intervient dans trois domaines d’expertise :
• Caractérisation & conversion des lignocellulosiques,
• Biotransformation,
• Techniques séparatives.
Adossée au Laboratoire de Génie des Procédés et Matériaux (LGPM), la Chaire assure un lien étroit entre son établissement de tutelle, CentraleSupélec, et les acteurs économiques et académiques du territoire, en mettant son expertise de R&D au service de projets innovants. CentraleSupélec, avec sa formation d’ingénieurs généralistes de haut niveau, dispose d’une forte expertise en modélisation appliquée au génie des (bio)procédés et aux (bio)matériaux. En complément des approches expérimentales, les trois axes thématiques de la Chaire s’appuient donc naturellement sur un socle de compétences en Modélisation, simulation & visualisation plus particulièrement orienté vers la modélisation du vivant et le passage à l’échelle industrielle.

Description

Contexte
Le blé est une plante herbacée principalement cultivée pour l’alimentation humaine. Le grain de blé (caryopse) est composé de plusieurs tissus : le germe, l’albumen qui délivre l’énergie nécessaire à la germination, et les enveloppes.
Le son est constitué par ces couches externes fibreuses du grain et par une grande partie de la couche à aleurone (dans l’albumen).
Le son produit par la meunerie contient principalement des fibres, des protéines, des minéraux, des acides gras et des vitamines. Sa teneur en amidon peut néanmoins encore atteindre 25 % de masse sèche. Il contient également des composés phénoliques aux propriétés anti-oxydantes.
La cuisson-extrusion est une technologie qui s’est fortement développée depuis les années 70. Trois opérations interviennent dans le processus : la cuisson qui apporte l’énergie, le mélange permettant l’homogénéisation du milieu, puis l’extrusion qui pousse la matière au travers d’une filière.
Ce procédé est particulièrement connu dans l’industrie agro-alimentaire, dans le milieu de la plasturgie, de la papeterie ; mais permet aussi d’effectuer des fractionnements poussés via l’extrusion réactive.
Les extrudats obtenus via le processus peuvent ensuite être valorisés dans une optique de fractionnement total. Ainsi, des molécules à haute valeur ajoutées (polyphénols, sucres fermentescibles, acides organiques, etc.) peuvent être extraites des fractions liquides. Les fractions solides lignocellulosiques constitueront quant à elles une bonne source pour la fabrication de biomatériaux, alternatives prometteuses pour entre autres des applications dans l’emballage alimentaire ou le bâtiment vert.


Sujet de stage
Dans le cadre de son développement, la Chaire de Biotechnologie de CentraleSupélec a récemment acquis une extrudeuse bi-vis afin d’élargir son potentiel en termes de matières premières valorisables et applications/produits finis ; et développer son potentiel technique en fractionnement des biomasses.
L’objectif est de maîtriser les capacités et les performances de l’outil par une phase exploratoire la plus complète possible sur le son de blé et la valorisation des fractions obtenues. Le stage s’articulera autour des principaux points suivants :
• Optimisation des conditions opératoires (vitesse des vis, température des zones, ratio solvant/matière première) pour l’extraction de molécules d’intérêt ciblée (ex : sucres, acides organiques ou polyphénols),
• Etude de plusieurs profils de vis afin d’optimiser cette extraction,
• Travail sur l’hydrolyse enzymatique (choix de l’enzyme, définition des conditions opératoires optimales).
La compréhension des mécanismes d’extrusion et l’incidence de la variation des paramètres nous permettront à terme d’anticiper les réactions in-situ par une ouverture vers la modélisation. Les fractions collectées seront caractérisées par des analyses,

Profil

Diplôme d’ingénieur ou de Master (M2) en Génie des Procédés, bioprocédés ou matériaux, avec des connaissances en Sciences du vivant
• Connaissances en biologie végétale et en chimie analytique
• Notions en extrusion,
• Des compétences en techniques de laboratoire seront appréciées
• Qualités recherchées : rigueur, autonomie, qualité de rédaction, capacité d’adaptation et d’initiative. Bon niveau d’anglais. Méticulosité souhaitée (manipulations d’outils mécaniques).

Prise de fonction

Dès que possible
Partager via
Postuler
Fermer

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?