Où docteurs et entreprises se rencontrent
Menu
Connexion

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Etude de sensibilité aux données d'entrée météorologiques sur la modélisation de la dispersion atmosphérique de polluants sur Paris et la grande couronne

ABG-94114 Stage master 2 / Ingénieur 6 mois environ 600 euros
20/10/2020
LCPP
paris Ile-de-France France
  • Sciences de l’ingénieur
  • Numérique
  • Physique

Établissement recruteur

Le Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP) est un organisme scientifique et  technique.

Il est chargé de missions dans les domaines suivants :

  •  expertise et prévention des risques technologiques et domestiques,
  • concours à la sécurité des personnes et des biens,
  • évaluation de l'impact de l'activité urbaine et industrielle sur l'environnement.

 

Le LCPP est constitué de :

 

  • trois permanences opérationnelles 24h/24 et 7 jours/7, à Paris et sur la petite couronne :

 

- la Permanence de Sécurité des Explosifs (ou Déminage)

- la Permanence Générale (PG), chargée des investigations techniques suite à des incendies ou des explosions

- l'Astreinte Chimique (AC), chargée d'assurer la mise en place d'une unité mobile d'analyses chimiques

 

  • trois pôles scientifiques et techniques ayant des missions de conseil, assistance et formation :

 

- le pôle Explosifs, Interventions et risques Chimiques (EIC), chargé de la recherche de traces de substances inflammables ou explosives sur des résidus d'incendies ou des débris d'explosions, de l'analyse d'explosifs, de produits inflammables ou de substances inconnues.

- le pôle Mesures Physiques et sciences de l'Incendie (MPI), chargé d'essais, d'examens, de mesures, d'études ou d'enquêtes dans les domaines de l'incendie, l'électricité, ainsi que de mesures physiques sur site et d'examens de conformité d'installations techniques dans des bâtiments et infrastructures recevant du public ou des immeubles de grande hauteur.

- le pôle Environnement (ENV), chargé d'analyses, de mesures, d'études et d'enquêtes relatives à la qualité des eaux, de l'air intérieur, ambiant ou des lieux de travail, à la pollution des sols et aussi à la suite d'intoxication au monoxyde de carbone, avérées ou suspectées.

 

 

 

 

 

 

Description

Le Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP) met en place un projet qui porte sur l'impact environnemental de dispersion de polluants dans l'atmosphère lors d'un incendie de grande ampleur. L'objectif est de mettre en place des outils opérationnels permettant de prendre en compte le risque lié à la toxicité des fumées d'incendie pour la population et l'environnement. Une étude récente (Mémoire de formations spécialisées RCH4, ENSOSP 2016) souligne le manque de doctrine opérationnelle permettant d'orienter les prélèvements dans l'air environnant afin de caractériser les fumées d'incendie et de réaliser des périmètres de sécurité. En effet, en cas d'incendie de grande ampleur, les quantités importantes de composés gazeux et particulaires émises dans l'atmosphère peuvent provoquer une pollution locale de l'environnement. L'estimation des zones impactées par le panache de fumées, l'évaluation de l'exposition des populations et l'impact sur l'environnement des retombées de substances polluantes sont complexes, la source étant par définition mal caractérisée.

La modélisation spatio-temporelle de la dispersion du panache de fumées sera réalisée via l'utilisation du modèle lagrangien à particules ARIA City afin d'estimer les niveaux de concentration et d'orienter le déploiement d'un nombre limité de dispositifs de mesure de polluants, traceurs des fumées de combustion (en particulier les particules PM1, PM2,5 et PM10).

L'objectif de ce stage est de quantifier l'influence de différents paramètres atmosphériques liés aux données d'entrée sur la modélisation de la dispersion des polluants. Pour la modélisation, il est essentiel mais difficile d'avoir accès à des données météorologiques appropriées, a fortiori en situation d'urgence. Pourtant, les conditions initiales et aux limites, ainsi que leur incertitude associée, sont des points clé qui influencent fortement les sorties du modèle. Il est donc important d'effectuer des tests de sensibilité aux données d'entrée afin d'évaluer l'impact de chaque paramètre sur les résultats numériques. Les simulations permettront également de mettre en évidence des zones de dépôts privilégiés sur Paris et la grande couronne.

Dans le cadre du stage, la robustesse de l'outil de modélisation pourra être testée par comparaison avec des données de terrain obtenues suite à des incendies réels en collaboration avec les services de secours.

L'étudiant aura la possibilité de découvrir et de participer aux activités en lien avec les mesures de polluants sur le terrain.

Profil

 Etudiant en dernière année d'école d'ingénieur ou master 2 dans le domaine de la mécanique des fluides ou de la physique de l'atmosphère, avec un goût prononcé pour la simulation numérique et l'informatique scientifique.

Prise de fonction

Dès que possible
Partager via
Postuler
Fermer

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Besoin d'informations ?

Vous souhaitez recevoir une ou plusieurs lettres d’information de l’ABG. Chaque mois des actualités, des offres, des outils, un agenda…

Ils nous font confiance