Où docteurs et entreprises se rencontrent
Menu
Connexion

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Étude de l’accumulation de radionucléides par l'algue brune Ascophyllum nodosum : le rôle du microbiote

ABG-100853 Stage master 2 / Ingénieur 6 mois 615 €/mois
28/10/2021
Université Côte d'Azur
Nice Provence-Alpes-Côte d'Azur France
  • Biochimie
  • Chimie
  • Ecologie, environnement
métaux, microbiote, algues, cinétiques, bioaccumulation
14/12/2021

Établissement recruteur

Université pluridisciplinaire intensive en recherche de rang mondial, Université Côte d'Azur a obtenu en 2016 le label des prestigieuses « Initiatives d’Excellence » qui illustre la qualité de sa recherche et lui assure visibilité et attractivité.

L’Institut de Chimie de Nice (ICN) est un laboratoire de recherche d’Université Côte d'Azur. L’ICN est organisé en quatre équipes de recherche et comprend également une Plate-forme Technologique, composée de trois services communs (RMN, spectrométrie de masse et modélisation moléculaire). 

Le stage sera effectué dans l’équipe "Radiochimie Humaine et Environnementale" de l’ICN, qui

consacre ses recherches au devenir et à l'impact d'éléments métalliques stables et radioactifs dans l'hydrosphère, le biotope et chez l'homme. L'approche consiste à combiner la chimie analytique et la chimie moléculaire pour une description complète des processus de transfert, d'accumulation, d'internalisation et de toxicité des métaux. L'objectif principal de nos recherches est la caractérisation de l'interaction entre métaux (stables ou radioactifs) et biomolécules, en combinant des techniques analytiques telles que la radiométrie et des outils spectroscopiques tels que l'IRTF et le XAS. 

Description

Contexte. L'eau de mer est souvent le réceptacle ultime pour les radionucléides métalliques provenant de rivières et de bassins contaminés. Par conséquent, les organismes marins peuvent être exposés aux radionucléides métalliques, ce qui peut affecter leurs processus biologiques. Parmi les organismes marins, les macroalgues jouent un rôle primordial dans l'écosystème marin : elles sont à la base de plusieurs chaînes trophiques et de ressources économiques et elles fournissent des habitats à un large éventail d'organismes marins. Par conséquent, il est essentiel de décrypter les interactions chimiques entre radionucléides métalliques et macroalgues, afin d’évaluer les risques à large échelle liés à la contamination environnementale des radionucléides. Les macroalgues forment une unité fonctionnelle, l'holobionte, avec le microbiote vivant sur leur surface externe (qui peut inclure des bactéries, des microalgues, des champignons et des protistes). Ce microbiote peut jouer un rôle clé dans l'accumulation des radionucléides, mais il y a encore un manque de données expérimentales et d'informations à cet égard.

Objectifs du stage de Master. Le/la stagiaire évaluera la contribution du microbiote colonisant la surface externe de la macroalgue Ascophyllum nodosum dans le processus d’accumulation de natU et 152Eu. Il/elle déterminera les cinétique d'absorption et de désorption des radionucléides et quantifiera l'absorption des radionucléides en présence ou en l'absence du microbiote de surface de l'algue.

Pour cela, le/la stagiaire utilisera plusieurs techniques complémentaires, à l'interface entre la chimie (ICP-MS, - spectrométrie), la biologie marine (séparation et traitement du microbiote des algues) et l'écologie (mise en place des aquariums, entretien et contamination des organismes modèles, expériences in vivo).

Début du stage : entre janvier et février 2022

Profil

Chimie bio-inorganique, intérêt pour le travail à la frontière entre la chimie, la biologie et l'écologie. Une formation en microbiologie serait appréciée, mais n’est pas obligatoire.

Prise de fonction

Dès que possible
Partager via
Postuler
Fermer

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?