Où docteurs et entreprises se rencontrent
Menu
Connexion

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Dans le réseau de l’ABG : Myriam Casamayor, doctorante CIFRE

Notre deuxième portrait de docteur(e), que nous publions à l’occasion du dix millième inscrit sur le groupe LinkedIn de l'ABG, est une fois de plus un profil atypique : après des premières expériences professionnelles très orientées vers l’opérationnel (chargée d’études aménagement…), Myriam Casamayor s'est tournée vers un doctorat en sciences humaines et sociales (SHS), qu'elle poursuit grâce à un financement CIFRE. Preuve que le dispositif n'est pas exclusivement l'apanage des « sciences dures ».

ItwMyriam CASAMAYOR ABG

Myriam Casamayor est actuellement en deuxième année de thèse CIFRE. Son temps est partagé entre le Groupement d’Intérêt Public (GIP) Littoral Aquitain d’une part, et le laboratoire CNRS Passages de l’Université Bordeaux Montaigne, d’autre part. Comme beaucoup, c’est en entrant dans le monde académique qu’elle a entendu parler de l’ABG.

Bonjour Myriam Casamayor, comment avez-vous eu connaissance du groupe LinkedIn de l’ABG ?

Myriam Casamayor : « J’en ai entendu parler très récemment via mon réseau, une doctorante de mon laboratoire étant membre du groupe LinkedIn. J’ai ensuite découvert le site web, et la plateforme d’offres d’emploi et de dépôt de CVs.  Bien qu’encore en doctorat, je m’oriente déjà vers une recherche d’emploi donc l’ABG m’est utile pour découvrir de nouvelles opportunités professionnelles. En tant que doctorante en SHS et membre active de l’association de doctorants AquiDoc, j’ai aussi conscience que les sciences formelles ont tendance à être plus souvent représentées quand on parle de doctorat. Je rejoins donc aussi le groupe de l’ABG pour trouver des informations qui concernent plus spécifiquement le secteur des SHS. »

Pouvez-vous présenter votre sujet de thèse en quelques mots ?

MC : « Pour le compte d’un Groupement d’Intérêt Public (GIP), je m’intéresse à la manière dont la gouvernance actuelle se saisit de la politique d’aménagement ancienne : cela consiste à étudier si certaines pratiques utilisées par le passé sont encore en vigueur aujourd’hui, ou si elles ont été au contraire remplacées. Cette rétrospective que je mène sur l’aménagement  du littoral aquitain permet aussi de porter un regard neuf sur la planification territoriale future. Une thèse en urbanisme consiste à poser de bonnes questions sans qu’une recherche de solutions immédiates soit espérée. En effet, à la différence de mes premières expériences professionnelles, les attentes portent plutôt sur le regard critique d’une situation donnée, au regard d’un problème posé. »

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous engager dans un doctorat ?

MC : « J’ai choisi le doctorat pour des raisons professionnelles et personnelles. Ayant eu jusqu’ici des contrats très orientés vers la pratique et l’opérationnel  (ndlr : Myriam Casamayor a été chargé d’études/de mission pour le public et le privé entre 2011 et 2014), je voyais la thèse comme l’occasion de prendre du recul sur mes travaux précédents. L’idée de mon projet est aussi née d’un constat quand j’ai commencé à travailler pour le GIP Littoral Aquitain : j’ai réalisé qu’il manquait une étude rétrospective qui aurait la capacité d’apporter une plus-value aux différents chantiers engagés par mon employeur. Le directeur avait conscience de l’intérêt d’une telle étude, qui n’avait jamais pu être menée faute de temps. C’est donc pour réaliser ce projet que j’ai vraiment commencé à envisager la thèse. »

Et pourquoi avoir opté pour une CIFRE ?

MC : « Etant issue d’un master en alternance (ndlr : Master « Urbanisme habitat et coopération internationale » de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble), les modalités de la thèse CIFRE m’ont rapidement séduite : apprendre à travailler dans des secteurs différents, acquérir un langage commun entre chercheurs et praticiens… Ma démarche a ensuite été très personnelle, même si ma structure d’accueil m’avait donné son accord : j’ai fait moi-même la recherche bibliographique adéquate et approché différents chercheurs susceptibles d’être intéressés par mon projet. Je l’ai présenté devant eux lors d’une réunion commune avec le GIP, ce qui m’a d’ailleurs aidé à choisir les membres du comité de suivi de la thèse ! Une fois le dossier envoyé à l’ANRT, j’ai obtenu une réponse favorable en 4-5 mois. Mais cela a pris 12 mois au total pour réunir tous les financements nécessaires. J’avais anticipé ce délai, en continuant à travailler en parallèle pour une autre structure. »

Selon vous, quels peuvent être les apports des docteurs dans votre secteur d’activité ?

MC : « L’atout principal que je vois chez les docteurs est leur capacité à faire un ‘benchmarking’ approfondi – ce qu’on appelle un ‘ état de l’art ’ dans la recherche – qui peut profiter aux structures chargées de l’aménagement ou aux cabinets d’urbanisme. Il est possible de gagner du temps tant sur la théorie par la connaissance de chercheurs spécialistes du champ disciplinaire, que sur la pratique grâce aux échanges d’expériences avec d’autres territoires. Enfin, les docteurs peuvent servir d’appui pour faire évoluer les méthodes de travail des opérationnels. »

 

Le site du GIP Littoral Aquitain : http://www.littoral-aquitain.fr

Toutes les informations concernant le dispositif CIFRE

 

 


 
A propos de l'ABG :
Fondée en 1980, l'Association Bernard Gregory :
  • favorise le rapprochement entre les mondes économique et académique,
  • facilite la mobilité professionnelle des docteurs,
  • accompagne les entreprises dans le recrutement des docteurs,
  • vient en appui des établissements d’enseignement supérieur.

> Recherchez ou déposez une offre d'emploi sur notre site.

Retrouvez toute l'actualité d'ABG sur les réseaux sociaux :

 

Besoin d'informations ?

Vous souhaitez recevoir une ou plusieurs lettres d’information de l’ABG. Chaque mois des actualités, des offres, des outils, un agenda…

item1 item1 item1 item1
item1 item1
Ils nous font confiance