Où docteurs et entreprises se rencontrent
Menu
Connexion

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Vous aviez déjà un compte sur l’ancien site de l’ABG, afin de le valider aujourd’hui, merci de suivre la procédure de récupération de mot de passe.

Mot de passe oublié

Parcours et métiers

Interviews et témoignages présentant des métiers intéressants, des parcours professionnels atypiques.

An American (scientist) in Paris

Making international moves in the name of science is not uncommon. Whether for a job opportunity that can’t be passed up or because of a desire to live and work in a specific country, international mobility in science is likelihood in many scientist’s lives. This kind of move may come at any point during a scientist’s career; for me, it came in the middle of my PhD studies.

Vivien Badaut, docteur et consultant en financement de l'innovation

Ludovic Fery

Vivien Badaut

Installé à Leeds, où il travaille comme consultant indépendant, Vivien Badaut accompagne les entreprises avec une forte activité R&D en leur proposant différents services, que ce soit un appui pour la recherche de financements européens, la construction du business plan, la rédaction technique... Côté parcours, ce docteur en chimie nucléaire a su faire appel à son réseau au gré de ses évolutions professionnelles.  

Le doctorat Cifre, un vecteur d’innovation dans les territoires

La société française est confrontée à de nouveaux défis : révolution numérique, changement climatique, terrorisme, croissance des inégalités et déclassement social…Pour faire face à ces défis, les décideurs publics aux niveaux national, régional et local doivent entrer dans une démarche d’innovation permanente. Or les institutions et les méthodes traditionnelles sont souvent inadaptées pour suivre la rapidité des mutations en cours.

François Quemeneur, de docteur en biophysique à créateur d’entreprise

Après un doctorat en physique et un MBA en management de l’innovation, François Quemeneur s’est lancé dans la création d’une jeune entreprise innovante avec son associé. C’est en passant par des missions de conseil freelance qu’il a eu l’envie de travailler pour des petites structures puis de démarrer sa propre activité.

Maria Givony, cheffe de projet de la filière Firendo

Ludovic Fery

maria givony

Dynamique et créative, Maria Givony a eu le projet de se réorienter dans la communication scientifique suite à la soutenance de sa thèse en immunologie en 2013. Elle est désormais cheffe de projet de la filière Firendo, une structure œuvrant pour une meilleure reconnaissance des maladies rares endocriniennes en France.
Son métier combine animation scientifique et création visuelle au service des patients atteints de ces pathologies.

Sarah Enouz, coordinatrice de projets scientifiques à l’Institut Imagine

Ludovic Fery

Sarah Enouz

Au départ chercheuse en biologie, Sarah Enouz a choisi une reconversion vers le métier de coordinateur de projets scientifiques. Une profession qui reste proche du laboratoire, mais avec une démarche complètement différente : plus du tout de travail de paillaisse, mais de la communication et des outils à destination des acteurs de la recherche biomédicale, afin d’en fluidifier le fonctionnement et tenir les délais, en particulier pour la mise en place des essais cliniques.

Focus métier : Chargé de mission TIC dans une collectivité territoriale

Ludovic Fery

Alain Vaucelle

Le fonctionnement de l’administration publique est bouleversé par l’arrivée du numérique. Au point de faire émerger un besoin sérieux de prospective et d’analyse sur le sujet. Les profils universitaires vont-ils pouvoir bénéficier d’une manière ou d’une autre de cette ouverture ? Nous avons fait le point sur la question avec Alain Vaucelle, docteur et chargé de mission TIC au sein de l’établissement public territorial Plaine Commune.

Dans le réseau de l’ABG : Myriam Casamayor, doctorante CIFRE

Ludovic Fery

Myriam Casamayor

Notre deuxième portrait de docteur(e), que nous publions à l’occasion du dix millième inscrit sur le groupe LinkedIn de l'ABG, est une fois de plus un profil atypique : après des premières expériences professionnelles très orientées vers l’opérationnel (chargée d’études aménagement…), Myriam Casamayor s'est tournée vers un doctorat en sciences humaines et sociales (SHS), qu'elle poursuit grâce à un financement CIFRE. Preuve que le dispositif n'est pas exclusivement l'apanage des « sciences dures ».

Dans le réseau de l'ABG : Vanessa Proux, DG de Sup'Biotech

Ludovic Fery

Vanessa Proux

A l'occasion du dix millième membre inscrit sur notre groupe LinkedIn, nous publions deux portraits de docteurs ayant récemment rejoint la communauté de l’ABG, dont les parcours variés viennent rappeler que le doctorat ne mène pas uniquement à la recherche. Le premier est celui de  Vanessa Proux, directrice générale de l’école d’ingénieurs Sup’Biotech à Villejuif (94), qui a la particularité de connaître l’ABG depuis près de 20 ans ! 

Quelle vision ont les entreprises des docteurs ? Jean-Christophe Lourme

Wojciech Lewandowski - Community manager

Jean-Christophe Lourme est président de la SRC ValoTec et administrateur de l’ASRC. Il expose son point de vue concernant la perception qu’ont les entreprises des docteurs. La vidéo a été enregistrée lors des Rencontres Universités Entreprises 2016.

Quelle vision ont les entreprises des docteurs ? Christophe Lecante

Wojciech Lewandowski - Community manager

Christophe Lecante est président de TecKnowMetrics et vice-président du Comité Richelieu. Il expose son point de vue concernant la perception qu’ont les entreprises des docteurs. La vidéo a été enregistrée lors des Rencontres Universités Entreprises 2016.


Ingénieur et docteur : fondateurs d’Expway

Wojciech Lewandowski - community manager

Dans cette interview métier, Thierry Sergent et Cédric Thienot, respectivement ingénieur et docteur, nous racontent comment ils ont créé Expway. Ils conseillent des doctorants et docteurs intéressés par ce type d’entreprise ou par l'entrepreneuriat.

Pour ne louper aucune vidéo, abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Ma carrière de docteur #5 - De docteur en Imagerie Médicale à Chargé d'Études à la SNCF

Wojciech Lewandowski - Community manager

Dans cette interview métier, Guillaume Barrois explique son parcours de docteur en Imagerie Médicale à Chargé d'Études à la Direction du Revenue Management de la SNCF. Il présente son métier et conseille des doctorants et docteurs intéressés par ce secteur d’emploi.

Ne manquez pas les prochaines vidéos de l'ABG ! Abonnez-vous à notre chaîne youtube.

Trois post-docs dont deux à l'étranger et après ?

Clarisse Faria-Fortecoëf


La mobilité, Yoann Le Bars, docteur en océanographie physique, l'a tout d'abord expérimenté au niveau national tout au long de ses études, de Paris à Nancy en passant par Toulouse où il a fait son doctorat (2006-2010). A l'Université Paul Sabatier, sa recherche a porté sur la « Modélisation de la dynamique océanique barotrope dans l’estuaire et le plateau amazoniens », au sein du LEGOS (Laboratoire d’Études en Géophysique et Océanographie Spatiales), laboratoire sous tutelle mixte avec le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) et le CNES (Centre National d’Études Spatiales).
« Partir ensuite à l'étranger, c'était un peu naturel, vu le travail réalisé en lien avec le CNES et la demande croissante au niveau international en matière de modélisation océanique ».

Ma carrière de docteur #4 - De docteur en Sociologie à Chef de Projet de la Direction de la Stratégie du Groupe La Poste

Wojciech Lewandowski - Community manager

Dans cette interview métier, Hélène Delahaye explique son parcours de docteur en Sociologie à Chef de Projet de la Direction de la Stratégie du Groupe La Poste. Elle présente son métier et conseille des doctorants et docteurs intéressés par ce secteur d’emploi.
Lien de la vidéo : https://youtu.be/uthu5XgVq6g

> Abonnez-vous à la chaîne Youtube de l'ABG pour être informé des prochaines vidéos.

Développez et mobilisez votre réseau...

Clarisse Faria-Fortecoëf


C’est un des conseils de Charlotte Mallet, Docteur en Chimie organique, application aux matériaux conducteurs, et Chercheuse chez Esstalion, une co-entreprise de recherche-développement lancée en juin 2014 par Sony Corporation, chef de file dans la fabrication entre autres, de systèmes de communication et de produits informatiques (dans notre contexte surtout les batteries) et Hydro-Québec, le plus grand producteur d’électricité du Canada. Découvrez son parcours et les clés de la réussite de sa mobilité de l’autre côté de l’Atlantique.

Tenter sa chance aux États-Unis, pourquoi pas ?

Clarisse Faria-Fortecoëf


Depuis l'été 2012, Sophie Dutheil vit à New Haven (État du Connecticut) où elle termine un post-doc en Psychiatrie à Yale University avant de poursuivre en 2016 avec un nouvel emploi au sein d’une entreprise pharmaceutique travaillant sur les troubles mentaux et les maladies neurodégénératives, dans Manhattan (New York).
Dans l’interview qu’elle nous a accordée le 7 décembre 2015, elle nous dit entre autres, les raisons qui l’ont poussé à partir de l’Hexagone et celles qui ont guidé son choix de poursuivre son aventure américaine.

Ma carrière de docteur #3 - De docteur en Mathématiques à Chef d'Entreprise

Wojciech Lewandowski - Community manager

Dans cette interview métier, François Loret explique son parcours de docteur en Mathématiques à Chef d'Entreprise. Il présente son entreprise STRATINNOV et conseille des doctorants et docteurs intéressés par l'entrepreneuriat.

> Abonnez-vous à la chaîne Youtube de l'ABG pour être informé des prochaines vidéos.

« C’est la rencontre avec l’équipe technique de PSA Peugeot-Citroën qui m’a décidé à faire un virage à 180 degrés dans mon parcours » déclare Nicolas Feld, ingénieur de recherche chez PSA Peugeot Citroën

Catherine Gayda - Responsable Emploi et Relations Internationales

« J’avais reçu, par mon réseau, une offre d’emploi d’ingénieur de recherche chez PSA mais je craignais que les objectifs correspondent en réalité à des missions de développement et non de recherche. Travailler à des missions de développement ne m’intéressait pas mais certaines activités indiquées dans l’annonce comme l’encadrement de stagiaires et de doctorants, la rédaction de publications scientifiques relevaient clairement de la recherche. Par acquis de conscience, j’ai préféré, avant de refuser la proposition d’emploi, rencontrer l’équipe. Cette rencontre m’a décidé à accepter le poste. Je travaille chez PSA depuis trois ans » explique Nicolas Feld.

Ma carrière de docteur #2 - De la Chimie aux relations internationales de l'Institut Pasteur

Wojciech Lewandowski - Community manager

Dans ce deuxième épisode de "Ma carrière de docteur", Fanny Cherblanc explique son parcours de docteur en Chimie à Chargée de mission, à la Direction internationale de l'Institut Pasteur. Elle présente son métier et conseille des doctorants et docteurs intéressés par ce secteur d’emploi.

Bollig & Kemper ou l’histoire d’une PME familiale allemande qui mise sur l’international et l’innovation pour se développer

Bérénice Kimpe - Responsable coopération internationale

Dans une zone d’activité de la région grenobloise avec vue sur les montagnes, se situe le centre R&D de l’entreprise Bollig & Kemper, spécialiste de la peinture pour le secteur automobile. Sa relative petite taille (400 salariés, 75 millions € de CA) ne l’empêche pas de jouer dans la cour des grands : ses clients sont Mercedes, VW, BMW, Porsche, Peugeot, Renault ; ses concurrents Axalta ou BASF.

Portrait vidéo de Rachel Terrasse, docteur en Biologie et Commerciale chez Texcell

Wojciech Lewandowski - Community manager

Dans cette interview métier, Rachel explique son parcours de doctorante en Biologie à Commerciale. Elle présente son métier et conseille des doctorants et docteurs intéressés par ce secteur d’emploi.


La mobilité internationale : un champ de compétences à part entière ?

Clarisse Faria-Fortecoëf


Après un cursus franco-allemand en chimie suivi à l'Université technique de Dresde et à l’École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes (ENSCR), un doctorat sur les nouveaux matériaux pour l'électronique organique à l'Institut Leibniz de recherche sur les Polymères à Dresde, des séjours de recherche en France, Canada et aux États-Unis, Robert Pötzsch s'est installé depuis novembre 2013 aux Pays-Bas.

Il est aujourd'hui, Examinateur de brevets à l'Office européen des brevets (OEB) à La Haye.

Richard Monni : description du monde la Propriété Industrielle

Nora Giezek et Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

En quoi consiste le métier de conseil en Propriété Industrielle (PI)?

Ce métier est une profession réglementée régie par le Code de la propriété intellectuelle permettant de représenter des clients devant l’INPI (Institut Nationale de la Propriété Industrielle). Les conseils en PI sont spécialisés dans l’acquisition et la défense des droits de leurs clients pour les titres de PI, comme les brevets et les marques ou les dessins et modèles. Les conseils en PI sont dits « Ingénieurs » lorsqu’ils ont une double compétence scientifique et juridique et obtenu l’examen français de qualification en PI.


Qu’est-ce qu’un brevet ?

Le brevet est un titre de propriété immatériel qui donne à son titulaire un monopole d’exploitation d’une invention pour une durée limitée, lui conférant ainsi le droit d’interdire aux tiers d’exploiter la technologie brevetée. Le brevet consistant en une exception à la libre concurrence, il existe de nombreux mécanismes permettant soit d’invalider un brevet en vigueur, soit de sortir du champ du monopole conféré.

Se professionnaliser dans le financement et la valorisation de la recherche et de l’innovation

Lucie Goueslain

C’est le choix que Émeline Assémat a fait, en mettant à profit des compétences acquises au cours de ses expériences professionnelles en recherche et enseignement, et de son engagement associatif. Pour ABG, elle a accepté de parler de son parcours, qui est une belle démonstration de comment ouverture d’esprit et introspection construisent un projet professionnel, et une parfaite illustration de la façon dont le réseau peut créer des opportunités. Un chemin qui nous invite également à aborder les métiers de la fonction publique territoriale accessibles aux docteurs.

« Et, tout ça a commencé avec Erasmus… »

Clarisse Faria-Fortecoëf


(To see this article in English: please click here)

Après une Licence en Espagne, un Master et un Doctorat en France, un Post-doc aux États-Unis, Neus Sabater, Docteur en Mathématiques Appliquées, a choisi de s’installer dans l’Hexagone et de poursuivre sa carrière au sein d’une entreprise du secteur privé.
Un parcours qui tiendrait presque d’un « long fleuve tranquille ».

Richard Monni, Conseil en Propriété Industrielle, Mandataire Européen chez LLR : « Parfois je me dis que je fais de la recherche mais je n’ai pas de paillasse »

Nora Giezek et Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

Comment en êtes vous arrivé au métier de conseil en propriété industrielle ?

Après avoir obtenu le grade de docteur en génétique humaine, j’ai effectué un post doc de 5 ans à l’institut Curie. Je n’avais qu’une seule publication, ce qui n’était pas assez pour espérer un poste en recherche publique, et je ne souhaitais ni prolonger en tant que post doc ni partir à l’étranger. Je me suis demandé ce que je pouvais bien faire. Je me suis alors tourné vers l’industrie. Malgré un profil correspondant à certains postes proposés, je n’ai reçu que des réponses négatives car je n’étais pas « un produit » de l’industrie justement. Par chance, dans mon réseau personnel, je connaissais des conseils en propriété industrielle juristes qui m’ont dit : « Pourquoi tu ne lancerais pas dans le métier d’ingénieur brevet ? ». J’ai répondu : « OK pourquoi pas, mais c’est quoi un ingénieur brevet ? ».

« Connaître mes points forts et le marché de l’emploi m’a permis de présenter un parcours cohérent aux recruteurs. J’avais une histoire à leur raconter. »

Nora Giezek et Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

« Lorsque j’ai décidé de me tourner vers le secteur privé j’ai réfléchi à ce que j’avais aimé faire durant ma thèse et ce pour quoi j’étais compétente » explique Lydie Viatte, docteur en biologie actuellement chef de projet au sein de la SATT Idfinnov. Cette réflexion introspective basée sur ses domaines de compétences et ses appétences propres a été une démarche payante. Lydie conseille aux jeunes docteurs de commencer par bien se connaître eux-mêmes et de s’informer sur le marché du travail : « Ils ne doivent pas hésiter à se renseigner concrètement sur les métiers en effectuant des entretiens carrière et à creuser les réalités cachées dans un intitulé de poste ».

D'une expérience doctorale franco-espagnole en SHS à l'alternance et la formation des adultes

Docteur en Littérature et Civilisation françaises (Université Sorbonne Nouvelle) et Docteur en Théorie de la Littérature et Littérature comparée (Universitat Autònoma de Barcelona), ainsi que cofondateur d’une école de langues en Espagne, Romuald Berty est actuellement Professeur en Lettres-Espagnol dans un Lycée professionnel près de Bordeaux. Son objectif à plus ou moins long terme : créer son propre organisme de formation.

« Etre journaliste scientifique, c’est aimer raconter des histoires » confie Pierre Barthelemy, rédacteur de Passeur de sciences

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales




"Adolescent,  j’envisageais de vivre de ma plume et je me passionnais déjà pour l’astronomie. Le journalisme scientifique est finalement la synthèse de ces deux passions car il permet de raconter de magnifiques histoires."

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer ce métier ?

De docteur en biochimie à responsable de communication opérationnelle chez Orange

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

« Docteur en biochimie, je me suis dirigé vers le secteur des Télécommunications, j’ai dû expliquer la cohérence de mon parcours lors de chaque entretien de recrutement » affirme Laurent Poulouin, responsable de communication opérationnelle chez Orange.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler dans le secteur des télécommunications ?

Je me suis inscrit à l’université avec le projet d’enseigner dans le secondaire ou le supérieur. A la fin de ma thèse en biochimie, j’ai dû écarter l’idée de travailler dans le secteur académique et je me suis tourné vers le secteur privé, sans idée précise. Une première expérience sur le système d’informations de France Télécom (NdR : l’ancien nom d’Orange) m’a permis de mieux cerner mes capacités et mes envies.

Osez vous engager sur des missions de consultant après votre thèse

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

« Je considère que mon doctorat en ergonomie en convention CIFRE a été une formidable opportunité pour m’orienter vers le conseil en entreprise » assure Gaëtan Bourmaud, docteur en ergonomie et cofondateur d’AXErgornomie, cabinet de conseil en ergonomie. « Je vois effectivement de très nombreux points de convergence entre la thèse et le conseil. Bien sûr, l’objectif diffère, mais d’une manière générale les docteurs ont appris durant leur thèse à appréhender une situation complexe et se documenter, à définir une problématique, à la traiter et à la dépasser, à défendre leur  travail... Le métier de consultant renvoie selon moi beaucoup à tout cela, peu de missions de conseil peuvent faire peur après une thèse » insiste-t-il.

Le doctorat est une stratégie pour acquérir des compétences

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

« Mener une thèse était, pour moi, une stratégie destinée à acquérir des compétences et non le diplôme nécessaire pour faire de la recherche mon métier » explique Guillaume Bouvier, docteur en géographie et responsable de la communication des projets d’investissement pour Réseau Ferré de France. « Je suis toujours étonné d’entendre que certains docteurs envisagent de travailler en entreprise uniquement sous l’angle de la R&D, comme si le fait de se diriger vers une autre fonction était un aveu d’échec » déplore Guillaume Bouvier. « Un ingénieur peut travailler dans une banque et ne jamais faire d’ingénierie une fois diplômé. Il n’aura pas pour autant l’impression que sa formation lui a été inutile ou d’avoir raté sa vie professionnelle » précise-t-il.

Un Doctorat en SHS : un tremplin pour une carrière professionnelle non-académique ?

Clarisse Faria-Fortecoëf

Découvrez le parcours de Pierre Horn qui, après une cotutelle de thèse en Histoire entre l'Universität des Saarlandes et l'Université Paris-Sorbonne, a rejoint le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam en Lorraine) comme Chef de projet franco-allemand chargé des projets européens à destination entre autres des entreprises.

« Les compétences managériales sont tout aussi importantes que les compétences scientifiques pour faire de la R&D chez IPSEN Innovation »

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

Anne-Marie Liberatore, chef de laboratoire dans le département de « Compound Discovery », le dit clairement : « Les sociétés pharmaceutiques de la taille d’IPSEN attendent de leurs scientifiques qu’ils soient à la fois experts dans leur domaine d’activité et de bons managers sachant encadrer une équipe ». Elle explique : « Lors d’un entretien, il est plus aisé de juger le niveau scientifique d’un candidat que d’apprécier sa  capacité à encadrer ». Quel que soit le mode de management (hiérarchique ou transversal) que l’on emploie avec ses collaborateurs, certaines qualités sont indispensables : esprit d’équipe, écoute, responsabilisation, capacité d’adaptation et capacité à susciter la motivation.

Transmettre du contenu scientifique au grand public

Lucie Goueslain

… c’est la vocation de Marilyne Certain, médiatrice scientifique à l’espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes (ESPGG). Une vocation qui fait appel à la fois à sa fibre pédagogique et à sa formation scientifique.


Zoom : les chercheurs en Sciences Humaines et Sociales chez EDF

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

Des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS) éclairent les évolutions sociétales présentes et futures et leurs impacts pour les activités du Groupe EDF et ses relations avec ses parties prenantes : clients, riverains, décideurs publics…

Karine Berthonnet, chef de Groupe – Énergie, Technologies et Société  de la R&D d’EDF répond aux questions d’ABG. Son équipe regroupe des anthropologues, des sociologues, des politologues mais aussi des  sémio–linguistes. Ces analystes de l’opinion ont construit une véritable expertise sur le domaine de la sociologie de l’énergie et dont l’objectif est de mieux comprendre à la fois les relations de l’usager, du consommateur et du citoyen à l’énergie.

Karine Berthonnet précise : « Le rôle de nos chercheurs en SHS est d’identifier et de comprendre les enjeux et évolutions liés aux questions énergétiques ; les décisions finales appartiennent aux  directions opérationnelles».

« Les docteurs de l’ONERA : des experts scientifiques au service des industriels »

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

Joëlle Dumas, responsable Emploi à l’ONERA  décrit les missions du centre de recherche et le recrutement des docteurs à ABG.

Appui à l’industrie

Créé en 1946, l’ONERA est le centre français de la R&T aéronautique, spatiale et de défense (ASD). Il compte un peu plus de 2100 salariés dont 263 doctorants

L’ONERA, « the French aerospace Lab », a pour vocation de répondre en amont  aux besoins de la recherche industrielle dans les secteurs de l’aéronautique, du spatial et de la Défense. Les équipes de l’ONERA répondent aux besoins de la recherche appliquée des entreprises tout particulièrement en matière de sécurité aérienne, la gestion du trafic aérien, la réduction du bruit et des émissions polluantes… Le modèle économique de l’ONERA est unique en Europe  car il est financé à hauteur de 60 % par les contrats qu’il signe avec ses partenaires industriels et étatiques.

La Suisse au cœur du Doctorat

Clarisse Faria-Fortecoëf

Responsable de projets et Doctorant contractuel depuis octobre 2011, Jonathan Perron réalise sa thèse en Chimie-Physique à l'Université Pierre et Marie Curie à Paris en collaboration avec Institut Paul Scherrer, Villigen, Suisse.

Dès le départ - c'était même une condition sine qua non de son directeur de thèse à l'Université Pierre et Marie Curie -, l'intégration d'une période de 18 mois en Suisse, faisait partie du projet doctoral de Jonathan Perron.

L'expérience helvétique : « Un grand saut au niveau personnel comme professionnel »

En octobre 2011, Jonathan a donc quitté la France pour la Suisse, « un pays auquel on ne pense pas en premier dans le cadre d'une mobilité ». Ne connaissant pas ce pays, il s'est tout d'abord adressé à La Maison des Français de l’Étranger (MFE), un service du Ministère des Affaires étrangères qui a pour mission d’informer tous les français envisageant de partir vivre et/ou travailler à l’étranger. Il a ainsi obtenu avant son départ toutes les informations utiles dont il avait besoin, comme celles concernant la vie courante, la fiscalité, etc. « Après, tout s'est passé là-bas et les questions administratives par exemple, ont été traitées très rapidement ».

Nourrir la planète en 2050 avec des insectes, une vision d’entreprise

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

En 2050, il faudra produire deux fois plus de nourriture pour assurer un approvisionnement suffisant pour neuf milliards d'individus que comptera notre planète, prévoit la FAO (Food and Agriculture Organization). Quatre amis rencontrés dans une association pour le recyclage des déchets,  décident en 2011 de monter  une start-up : Ynsect. Il s’agit de Jean-Gabriel Levon, diplômé de Polytechnique et de HEC, Alexis Angot passé par l'Essec, Antoine Hubert diplômé d'AgroParisTech et d’Agrocampus, et Fabrice Berro, ancien de l'Ensimag.

Faire carrière dans un grand groupe international et vivre en Allemagne...

Clarisse Faria-Fortecoëf

C'est le choix qu'a fait Charles Lales, Ingénieur généraliste INSA de Lyon et Docteur en Informatique de l'Université de Bordeaux, après une expérience académique et dans le privé en France.

Le début de carrière dans le secteur académique

Après une thèse à l'Université de Bordeaux et deux ans comme ATER (Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche) à l'IUT de Bordeaux dans une équipe dynamique ouverte au monde de l'entreprise et de l'industrie, c'est avec regrets que Charles Lales a dû se tourner vers le privé. En même temps, comme il le précise, en termes de perspectives de carrière et de salaire,
« rejoindre le secteur privé est plus intéressant, surtout si l'on change de boîte. En informatique, c'est la bonne démarche, spécialement dans une région comme Bordeaux. A partir du moment où l'on a une première expérience, c'est relativement facile. Dans le public, en dehors de la « Qualification » pour devenir Maître de conférences ou de quelques postes d’ingénieur de recherche, il n'y a pas ou peu de possibilités. Un des avantages à être Docteur, c'est que l'on peut cibler de grandes boîtes, surtout si l'on est mobile au niveau national. Mais là, Paris s'impose ».
Perspective que Charles va pouvoir par la suite, concrétiser en accord avec l’évolution de sa situation personnelle.

Le docteur tout comme l’entrepreneur est astucieux et apprend à voir à long terme

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

En 2011, deux docteurs Baptiste Coulange et Thibault Gouache, se sont lancés dans l’aventure de l’entrepreneuriat en créant Cornis  qui développe un nouveau système d’inspection de pales d’éoliennes basé sur des photographies haute résolution et de puissants algorithmes.

« Le doctorat est une formation géniale pouvant ouvrir une multitude de voies. »

Passionné par la biologie de synthèse, Camille Delebecque s’est spécialisé à Harvard dans ce domaine alors peu connu dans notre pays puis a créé sa start-up Synbio Consulting à Paris. Il travaille aujourd’hui entre les Etats Unis et la France.

Interview de Christopher Parr, Vice Président de Kerneos et 5000e membre du groupe ABG sur LinkedIn

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

Pour Christopher Parr, vice Président de Kerneos et spécialiste en matériaux réfractaires (= qui offrent une très grande résistance aux hautes températures)  : « le dépôt de brevet est avant tout l’aboutissement d’un travail d’équipe alors que l’on a tendance à associer à ce brevet le travail d’un seul chercheur. Chez Kerneos, au sein d’un laboratoire déposant des brevets,  nous avons l’habitude de récompenser les chercheurs à tour de rôle ». Christopher Parr reprend : « Le brevet est vraiment une reconnaissance forte du chercheur par son entreprise qui est visible à l’extérieur de la société qui l’emploie. Kerneos attribue une prime bien évidemment au moment de la publication mais également au moment de l’exploitation du produit ». 

« Valoriser mes collaborations industrielles et suivre des formations à l’insertion professionnelle, voilà ce qui m’a permis de trouver un poste. »

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

« Il faut savoir tirer profit de l’environnement industriel de son université » déclare François Courtecuisse. La ville de Mulhouse où le jeune chimiste a fait ses études est un carrefour industriel, proche des industries chimiques de la Suisse, l’Allemagne et des Pays Bas. « J’aurais pu partir après avoir terminé mon cursus d’ingénieur, mais le tissu alsacien est très propice aux collaborations industrielles » reprend le jeune chimiste.

Préparation, visibilité et connaissance du secteur ciblé : trois facteurs clés d’une bonne candidature

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

« Il faut se rendre visible et dépasser ses peurs » déclare Raphaël Royer. Préparation, visibilité et connaissance du secteur d’activité  sont  les mots clés qui ont guidé son  cheminement. Aujourd’hui, Development Engineer chez Sandvik Coromant au Royaume Uni, Raphaël Royer retrace les étapes phares de son parcours. 

Devenir entrepreneur avec un parcours SHS

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

Spécialisée en histoire de la presse, Suzanne Dumouchel souhaitait faire de la recherche en littérature mais elle regrettait le cloisonnement de ce domaine. Enseignante et chercheuse, elle a toujours soutenu l’idée de l’employabilité des docteurs par les entreprises. Elle a donc monté divers projets valorisant les compétences des chercheurs en entreprise en tant que consultante et formatrice.

Mobilité et recherche en entreprise

Clarisse Faria-Fortecoëf

Après un cursus universitaire à l'Université de Lille 1 où il s'intéresse aux aspects chimiques des macromolécules, Ludovic Marquant, spécialiste en sciences des polymères, décide de faire une thèse de doctorat en Allemagne dans le domaine de la physique des couches minces à l'état liquide, avant  de poursuivre son expérience de la mobilité aux États-Unis dans le cadre d'un contrat VIE sur les matériaux conducteurs. De retour en France, un de ses objectifs actuels : construire des ponts en matière de recherche et d'innovation entre le monde de l'industrie et le monde académique.

D’un cursus d’Ingénieur au monde de l'entreprise en passant par le doctorat

Clarisse Faria-Fortecoëf

Retour sur le parcours et l'expérience de la mobilité de Guilherme Apolinário Testoni, jeune doctorant brésilien naviguant entre le Brésil et la France, la recherche publique et le secteur privé.

Bien choisir le lieu d’implantation de sa start up : de l’énergie photovoltaïque sur l’Ile de la Réunion

Catherine Gayda - Responsable emploi et relations internationales

L’électricité, est un enjeu de développement de la Réunion. Assurer l’autonomie énergétique de l’île est une nécessité compte tenu de son isolement, de sa démographie et de son espace restreint. Pionnière dans le domaine des énergies renouvelables (EnR), l’île a mis en place de nombreuses mesures incitatives.

Trouver un emploi en SHS en dehors du monde académique : chance ou stratégie ?

Clarisse Faria-Fortecoëf

Études en sciences politiques entre la France et l'Allemagne, doctorat en Suède intégrant des séjours aux USA et en Pologne, puis retour au pays natal, l'Allemagne.
Parcours et expérience de Barbara Kunz, politologue, aujourd'hui responsable de projets à la Fondation Geshagen (Berlin) dont l'objectif est de contribuer à la réflexion sur l’avenir politique, économique et social de l’Europe, sa cohésion interne et son rôle dans le monde.

De docteur en biologie cellulaire à directrice commerciale Europe

Wojciech Lewandowski - webmaster éditorial

Elle ne trouvait pas d’emploi après son CDD

Christelle Catone, docteur en biologie cellulaire, ne trouvait pas d’emploi après une expérience d’un an comme chercheur contractuel au centre Cycéron. Refusant d’être cloisonnée à son seul domaine d’expertise, elle s’est demandée comment utiliser son titre de docteur.

Une expérience de la recherche à l'international au sein d'un réseau européen

Clarisse Faria-Fortecoëf

Après une thèse en cotutelle entre la France et l'Italie, un détour par la Grèce et un séjour aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, Eric Buchlin est actuellement chercheur à l'Institut d'astrophysique spatiale, un laboratoire du CNRS et de l'Université Paris-Sud, Orsay. Découvrez son parcours !

La mobilité : la clé de la réussite ?

Clarisse Faria-Fortecoëf

Chercheur Associé à l'Université Paul Sabatier, Toulouse, Spiros Kitsinelis est riche d'un parcours de recherche et professionnel qui l'a conduit en Angleterre, au Japon, aux Pays-Bas et en Grèce.

La mobilité : une question d'anticipation et de persévérance ?

Clarisse Faria-Fortecoëf

Chercheuse actuellement sur le cancer de la peau à Harvard (Boston, USA), Marina Kvaskoff a élaboré très tôt son projet de mobilité, en Australie dans le cadre de son doctorat en épidémiologie, puis aux États-Unis dans le cadre d'un post-doc.

Savoir saisir les opportunités…

Clarisse Faria-Fortecoëf

Spécialiste en matériaux inorganiques, Olivier Majoulet a soutenu en 2012, une thèse en Chimie des Matériaux après des expériences de recherche à Berlin et à Tokyo.
Ce site est tout nouveau : si vous rencontrez un dysfonctionnement ou si vous avez des suggestions, nous vous serons très reconnaissants de nous en informer. Merci d’avance !
item1