Où docteurs et entreprises se rencontrent
Menu
Connexion

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Mot de passe oublié

Paroles de Docteurs : de la recherche au conseil, il n'y a qu'un pas

Démissionner d'un poste permanent dans un institut de recherche pour atterrir dans une entreprise : cela vous semble fou ? Non, comme l'explique Sébastien Rochette, PhD : " quitter le secteur académique n'est pas un échec ". Du moment que c'est votre choix.

srochette_abg_FR_interview

Auteur : Sébastien Rochette, Ph.

 

Après mon doctorat en écologie marine et en sciences halieutiques, j'ai été embauché sur un poste de chercheur permanent à l'Ifremer, un institut de recherche public en France. Six ans plus tard, j'ai décidé de quitter mon poste pour rejoindre une société privée.

La science a toujours été présente dans mes choix professionnels. Après mon baccalauréat scientifique, j'ai obtenu un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en biochimie et microbiologie. Souhaitant en savoir plus sur les sciences de la vie, j'ai décidé de poursuivre des études d'ingénieur dans une Grande École appelée Agrocampus Ouest (Rennes, France) pour obtenir un diplôme de Master en agronomie avec une spécialisation en écologie marine. Cette spécialisation du Master portait sur la biologie marine et la modélisation, une combinaison parfaite entre mon goût pour les mathématiques appliquées et mon attirance pour l'océan.

Après ma maîtrise, j'ai décidé de poursuivre un doctorat, au laboratoire des sciences de la mer d'Agrocampus Ouest, pour deux raisons :

  1. J'ai vraiment apprécier de pouvoir manipuler des modèles pour les sciences de la mer durant mes études ;
  2. La recherche en sciences de la mer est excellente, car vous pouvez monter à bord de bateaux scientifiques ou de pêche, prélever des échantillons au soleil au printemps et manger du poisson frais.

Pendant mon doctorat, j'ai apprécié les missions scientifiques, mais j'ai encore plus aimé être devant mon ordinateur, en essayant de savoir si tous les poissons que vous mangez vivent dans de bonnes conditions durables en utilisant des modèles, des cartes et un bon langage de programmation comme le R.

DU DOCTORAT À LA RECHERCHE

J'ai été heureux et chanceux d'être embauché comme chercheur permanent à Ifremer Brest quelques mois après ma thèse de doctorat en défense. L'Ifremer est l'institut français pour l'exploitation de la mer. C'est l'un des principaux instituts des sciences halieutiques. Tous les domaines scientifiques sont représentés :

  • la biologie ;
  • l'écologie ;
  • l'informatique ;
  • mais aussi la physique pour comprendre la circulation océanique ;
  • la physique des matériaux pour tester la résistance des matériaux aux ondes,
  • l'économie pour comprendre le marché du poisson....

Chaque année, il y a des postes de techniciens, d'ingénieurs ou de chercheurs pour un large éventail de profils allant du baccalauréat au doctorat avec une chose en commun : l'exploration océanique.

LES BONNES CONDITIONS POUR UN CHANGEMENT DE CARRIÈRE

Après quatre ans à l'Ifremer, un changement dans ma situation personnelle m'a fait quitter partiellement mon poste pour créer ma propre société de conseil. En effet, mon partenaire travaille également dans la recherche académique en biologie. Pendant plusieurs années, nous avons vécu en France, mais dans des villes lointaines. Comme elle a été embauchée pour un poste postdoctoral en Allemagne, j'ai décidé de la suivre. Ma seule possibilité était de prendre un congé sabbatique de deux ans tout en lançant ma propre entreprise, comme l'autorise la loi française. J'ai choisi le statut de freelance qui offre des faciltés administratives par rapport aux entreprises classiques. C'est ainsi que j'ai lancé StatnMap, une société qui fournit des conseils et des formations sur la cartographie et la modélisation avec R aux chercheurs et autres entreprises.

Review the situation, in the last minute

Je dois avouer que j'ai toujours pensé à retourner à l'Ifremer, jusqu'à ces derniers jours, quand j'ai décidé de faire le point. La création de ma propre entreprise m'a donné l'occasion d'enseigner, ce que j'aime beaucoup. J'ai eu la liberté de poursuivre mes propres projets de recherche, tout en effectuant des missions de conseil rémunérées à domicile, ce qui était formidable. Après presque deux ans en tant que pigiste, il était temps de prendre une décision entre le retour à mon poste de chercheur permanent ou le départ définitif de ce poste et l'adoption d'un nouveau cheminement de carrière.

Etre chercheur à l'Ifremer, ça veut dire :

  • un poste permanent ;
  • travaillant sur un sujet et un domaine qui m'intéresse ;
  • des analyses de données spatiales et des modèles de distribution des espèces dans les sciences de la mer ;
  • avoir une "vie de bureau", par exemple avoir des contacts avec les gens pendant les pauses, pouvoir parler avec les collègues d'à côté, avoir des activités sociales, partager quelques gâteaux....

Pourtant, d'un autre côté :

  • un chercheur occupant un poste permanent consacre beaucoup de temps à des tâches administratives, comme la rédaction de demandes de subventions, la supervision, la gestion de projets de recherche, le remplissage de formulaires... Cela signifie beaucoup moins de temps à développer et à mettre les mains dans le cambouis !
  • Je ne pourrais pas donner plus de cours et de tutoriels que les quelques heures autorisées dans mon contrat à l'Ifremer ;
  • enfin, le travail à distance me convenait parfaitement. J'étais plus concentrée sur mon travail et j'étais plus capable d'équilibrer ma vie professionnelle et ma vie personnelle, comme je pouvais l'être avec mon partenaire. Quand j'étais à l'Ifremer, il n'y avait aucune possibilité de télétravail. Pour faire le bureau à domicile, j'ai dû prendre des vacances. Aujourd'hui, grâce à la loi française, les choses changent lentement.

Etre consultant dans le secteur privé signifierait :

  • être libre de prendre mes propres décisions, d'organiser mon emploi du temps, de choisir ma situation géographique. Je travaillerais sur des sujets plus variés et intéressants que dans la recherche et je pourrais changer régulièrement ;
  • De plus, si je travaillais plus, je pourrais gagner plus d'argent ;
  • Ce qui est également important pour moi, c'est l'impact positif d'une véritable reconnaissance. En tant que consultant, j'ai appris que les efforts sont généralement reconnus d'une manière ou d'une autre.

Mais cela signifierait également :

  • être toujours le meilleur, être à jour sur tous les sujets de mon domaine, être visible, tout le temps ;
  • en tant qu'entrepreneur, j'aurais des choses administratives à faire, comme la comptabilité, etc. Diriger une entreprise à l'échelle mondiale exige plus d'heures de travail ;
  • l'avenir est incertain car il est difficile d'obtenir suffisamment de contrats pour vivre, même avec un bon réseau ;
  • même si je travaillais sur des contrats scientifiques, je serais peut-être frustré de ne pas avoir l'histoire complète en tête, de ne pas être capable de mener la question de la recherche.

I must admit I always thought about going back to Ifremer, until the last few days, when I decided to review the situation. Starting my own company gave me the opportunity to teach, which I enjoy very much. I had the freedom to continue my own research projects, while doing paid consultancy missions from home, which was great. After almost two years as freelancer then, it was time to take a decision between going back to my permanent researcher position or quitting definitely this position and embracing a new career path.

LE CHOIX DU TRAVAIL D'ÉQUIPE DANS UNE PME DYNAMIQUE

J'ai décidé de rejoindre ThinkR, une petite entreprise réputée dans le conseil en informatique et la formation, qui existait depuis quelques années. Ce choix m'a permis de tirer le meilleur parti de mes capacités de scientifique et de consultant.

Mon réseau m'a été particulièrement utile car le patron et le premier associé de cette entreprise sont mes amis. Nous avons déjà eu des discussions dans le passé pour savoir si je voulais me joindre à eux, mais j'ai toujours dit que je voulais continuer dans le milieu universitaire. Cette fois, j'ai demandé une interview. Nous avons eu une discussion ouverte sur les attentes des deux parties. J'ai également discuté indépendamment avec chacun des autres employés pour m'assurer que nous partagions les mêmes valeurs.

Conseil : Embaucher du personnel a un coût, ce serait une grande perte pour les deux parties de quitter un postequelques mois après l'embauche, peu importe la raison.
N'hésitez pas à poser vos questions comme ils posent les leurs. Si vous n'êtes pas autorisé.e à le faire, ce n'est peut-être pas un bon signe pour votre carrière....

Si mon amitié m'a permis de décrocher un entretien, ce sont mes résultats académiques et deux ans en tant que freelance qui ont convaincu l'entreprise de me recruter :

  • les cours que j'avais donnés ont démontré ma capacité à continuer à donner des tutoriels pour différents publics ;
  • la capacité d'apprendre par moi-même est une force pour aider l'équipe à rester à jour ;
  • m'a aidé à acquérir une nouvelle organisation personnelle, à être efficace et à comprendre le secteur privé ;
  • ce que je partage à travers mon site web StatnMap et Github a aidé l'entreprise à identifier mes compétences en tant que développeur ;
  • cela montrait aussi mon implication dans une science ouverte et reproductible, et dans la communauté open-source.

En effet, ThinkR est une entreprise privée qui redonne à la communauté R open-source ce qu'elle reçoit : de l'aide aux débutants en R en français, de courts tutoriels en français, des conseils avancés pour les utilisateurs R en français et anglais, des packages R gratuits et open-source....

Avec ThinkR, j'ai trouvé une entreprise aux valeurs similaires aux miennes :

  • un vrai travail d'équipe. Si vous échouez, toute l'équipe échoue. C'est effrayant mais attirant en même temps. Tous les membres de l'équipe veulent simplement que ce soit un succès et qu'ils s'entraident vraiment ;
  • Je peux télétravailler. Ce n'est pas facile pour tout le monde d'être seul à la maison, mais avec Internet et tous les moyens de communication disponibles de nos jours comme Skype, Slack, Hangout...., nous avons toujours la possibilité de discuter, partager des questions, des problèmes et des succès. Ironiquement, je me sens plus proche de mes coéquipiers maintenant que lorsque j'étais dans mon laboratoire ;
  • J'ai de l'autonomie. Mon travail consiste en des projets de conseil et des tutoriels sur site, mais aussi du temps pour travailler sur mes propres projets, des billets de blog, du développement open-source... Je suis totalement libre d'organiser mon planning entre ces activités ;
  • J'ai également choisi d'avoir des responsabilités dans la rédaction de propositions commerciales et la gestion de projets, mais les tâches administratives sont réduites.

"Quitter le secteur académique n'est pas un echec”

...Comme le titre d'un article publié récemment dans Nature, je pense que "ce n'est pas un échec de quitter le monde universitaire". Il y a de nombreuses raisons d'aimer la science et la recherche. Il ne s'agit pas seulement du sujet. Personnellement, j'aime programmer, gérer des projets, résoudre des problèmes, passer des heures à trouver le bon outil, améliorer mes connaissances, m'ouvrir à de nouveaux domaines, partager les résultats tout en enseignant, communiquer... Le métier de consultant, m'a permis de développer et de renforcer toutes ces compétences.

Vous avez la capacité d'accomplir tout cela par vous-même. Vous êtes encore meilleur au sein d'une équipe qui vous soutient. De nombreuses entreprises sont prêtes à vous aider à accéder à ces compétences. Certains pourraient même partager votre vision et vos valeurs.

Quitter l'université peut être un choix. Même en quittant un poste permanent. C'était mon choix. Ça pourrait être le vôtre...

Besoin d'informations ?

Vous souhaitez recevoir une ou plusieurs lettres d’information de l’ABG. Chaque mois des actualités, des offres, des outils, un agenda…

item1 item1
item1
Ils nous font confiance