Où docteurs et entreprises se rencontrent
Menu
Connexion

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Comment bien choisir son post-doc ?

Christine Toutain, Stéphanie Kervestin, Cyril Berthet et Latif Rachdi.

Quelques conseils de Christine, Stéphanie, Cyril et Latif.

1/ Un an avant le départ, quand on cherche un labo d’accueil et que l’on a aucun contact, regarder le nombre de publications et les types de financement disponibles, c’est important. Attention, la taille du labo n’est pas toujours un bon indicateur : un petit labo peut être très dynamique parce que tiré par un directeur qui cherche à se faire (re)connaître.

2/ La sélection faite, on peut envoyer des candidatures spontanées, mais mieux vaut être recommandé par son directeur de recherche… et sortir d’un labo renommé.

2/ Quand on reçoit des « feu vert », il faut absolument aller visiter les labos (qui paient les billets d’avion) et rencontrer un maximum de personnes pour tâter l’ambiance.

3/ Sur place, une question à poser : « en combien de temps les doctorants sont diplômés? » car c’est un indice sur le dynamisme du labo. S’ils soutiennent en plus de 7 ans, alors que la moyenne est de 5 ans (en comptant l’année de Master), feu orange ! C’est souvent signe que le patron n’est guère disponible.

4/ Lors de l’entretien, ne pas se focaliser sur les seuls aspects scientifiques du post-doc : demander une formation complémentaire, parler du type de visa (généralement J1), du salaire et du reste ! Les couvertures sociales (santé et retraite) complémentaires et le coût de la vie (élevé dans les grandes villes américaines) risquent de gréver votre budget.
Besoin d'informations ?

Vous souhaitez recevoir une ou plusieurs lettres d’information de l’ABG. Chaque mois des actualités, des offres, des outils, un agenda…

item1 item1
item1 item1
Ils nous font confiance