Où docteurs et entreprises se rencontrent
Menu
Connexion

Vous avez déjà un compte ?

Nouvel utilisateur ?

Doctorat par le projet : comment réunir pratiques artistiques et science, l’exemple de CY Université

L’Ecole Universitaire de Recherche (EUR) Humanités, Création et Patrimoine offre la possibilité aux praticiens des domaines de la création et du patrimoine (architecture, patrimoine, arts, création littéraire, paysage) de réaliser un doctorat leur permettant de mettre au cœur de leur recherche leur propre processus de créativité. Date limite de candidature : 30 avril, midi.

logos_abg

L’Université de Cergy, l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Cergy, l’Institut National du Patrimoine, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles et l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles se sont regroupées pour créer une Ecole Universitaire de Recherche (EUR PSGS HCH) dont l’objectif est de renforcer l’articulation entre la formation et la recherche. Parmi les projets innovants de l’EUR se trouve le doctorat par le projet. Christelle Ventura, Directrice Exécutive de l’EUR, nous parle de cette expérience de recherche par la recherche et le processus créatif.

 

Qu’est-ce que le doctorat par le projet ? Comment s’est formée l’idée d’un tel projet au sein de l’EUR ?

L’EUR Humanités, Création, Patrimoine est constituée par une université, CY Cergy Paris Université, et des grandes écoles, qui ne sont pas destinées à délivrer le doctorat. Leurs diplômés, s’ils souhaitent poursuivre en doctorat, doivent intégrer des champs disciplinaires qui les éloignent de leur pratique telle que le paysage ou la restauration des biens culturels. Nous avons souhaité leur donner la possibilité de remettre au cœur de leur projet de recherche leurs propres pratiques, leur propre processus créatif.

Il est important de souligner que le doctorat par le projet est un doctorat au sens académique du terme : le doctorant est encadré par un enseignant-chercheur titulaire d’une HDR, est soumis à une soutenance publique devant un jury après avoir rédigé un manuscrit, doit répondre aux mêmes exigences scientifiques et intellectuelles qu’un doctorat « classique », avec également des objectifs de publications.

A ces aspects s’ajoute la dimension de la pratique : le doctorant bénéficie en effet d’un deuxième encadrant qui est un praticien reconnu du domaine dans lequel le doctorat est réalisé, et de nouveaux lieux ou objets sont introduits dans le cadre de la soutenance. Un doctorant pourrait soutenir au moment de l’inauguration de l’exposition sur laquelle il travaille, dans l’espace créé par un architecte ou paysagiste, dans une résidence d’artiste, etc, devant un public plus large que le seul jury.

Le doctorat par le projet s’adresse essentiellement aux professionnels des domaines de l’architecture, du patrimoine (conservation-restauration et études patrimoniales), du paysage, de la création littéraire et des arts.

 

Quelle différence alors avec une recherche-action ?

Je définirais la recherche-action comme une recherche visant à impacter la société grâce à l’obtention de livrables. Cela n’est pas le cas d’une recherche par le projet, pour laquelle le focus est mis non pas sur le résultat mais sur le processus de création, sur ce que met en œuvre le doctorant pour arriver au résultat.

 

Comment les doctorants sont-ils financés ?

Chaque année, depuis 2 ans, l’EUR finance actuellement 5 contrats doctoraux sur la douzaine de candidats admis à inscription, mais souhaite bien entendu augmenter le nombre de ces praticiens-chercheurs. Une très grande majorité des participants au programme réalisent leur doctorat dans le cadre de leur activité professionnelle, comme les conservateurs du patrimoine par exemple.

 

Quel(s) accompagnement(s) propose l’EUR pour les doctorants du programme ?

Pour nous, il est important de décloisonner la science et les arts, de décloisonner au sein même des arts les différentes disciplines. C’est pourquoi nous organisons 2 fois par an un séminaire interdisciplinaire, de manière à nourrir la réflexion sur leurs pratiques.

Nous proposons des séminaires axés sur une des mentions, chaque école étant ainsi impliquée dans le montage du séminaire. Une plénière regroupant tous les responsables de mention, qui forme le jury du doctorat par le projet, vient interroger la recherche par le projet, recueillir les interrogations des doctorants et alimenter la réflexion de tous, au-delà des disciplines.

Par ailleurs, les doctorants qui souhaitent intégrer le programme ont déjà identifié leur encadrant praticien. Nous les aidons à identifier leur deuxième encadrant enseignant-chercheur HDR de CY Cergy Paris Université et nous veillons aussi à poser les bases de l’encadrement, notamment pour faire en sorte qu’une dimension, scientifique ou pratique, ne prenne pas l’ascendant sur l’autre. C’est pourquoi nous tenons aussi à impliquer autant que possible les binômes d’encadrants dans les séminaires que nous organisons, de manière à ce qu’un dialogue s’installe et renforce la compréhension entre arts et science.

Enfin, nous assurons un suivi régulier des projets de recherche, notamment en réalisant une évaluation annuelle. Les doctorants doivent transmettre à leurs encadrants un rapport d’une trentaine de pages, qui conditionne leur inscription en année suivante. Mais au-delà de cela, ce rapport écrit est une étape importante pour de nombreux doctorants du programme : en effet, le passage d’une pratique à une verbalisation n’est pas simple. Comment dire avec des mots ce qu’on fait, ce qu’on voit, ce qu’on touche, ce qu’on conçoit ? Cela leur permet ainsi de se confronter au travail d’écriture qui leur sera demandé pour pouvoir soutenir.

 

Quelles sont les modalités de candidature ?

Il s’agit d’un programme très sélectif, puisque seule une douzaine de doctorants sont sélectionnés. Les candidats doivent déposer leur candidature sur une plateforme dédiée, avant le 30 avril à midi. Pour chaque domaine, deux experts externes à l’EUR évaluent les dossiers (caractère inédit et original du projet, pratique avérée dans le champ disciplinaire requis, faisabilité du programme de recherche, entre autres) et rendent leur avis auprès de la Commission Exécutive de l’EUR, qui se prononce en faveur ou non de l’audition des candidats.

En 2019, nous avons reçu une centaine de dossiers, environ 60 étaient éligibles. Sur ces 60, 22 ont passé l’étape de l’audition et 12 ont finalement été retenus.

 

Informations complémentaires et contacts

Date limite de candidature : 30 avril à midi

Appel à candidatures

Dossier de candidatures

Plateforme pour le dépôt de candidature

Site web

 

Les 6 contrats doctoraux proposés par l’EUR

 

Doctorat par le projet en architecture

 

Doctorat par le projet en études patrimoniales

 

Doctorat par le projet en arts

 

Doctorat par le projet en conservation – restauration du patrimoine

 

Doctorat par le projet Pratique et théorie de la création littéraire

 

Doctorat par le projet en paysage

 

 

Besoin d'informations ?

Vous souhaitez recevoir une ou plusieurs lettres d’information de l’ABG. Chaque mois des actualités, des offres, des outils, un agenda…

item1
item1 item1
Ils nous font confiance